Ce que nous apprend l’histoire de Marc L* (voir article précédent) c’est que l’usage que nous avons aujourd’hui d’internet assure l’émergence de notre alter ego numérique, cette empreinte de notre passage qui révèle à chaque fois une partie de nous même.

Qu’est ce que l’identité ?

Avant de parler d’identité numérique, il est nécessaire de définir ce qu’est l’identité… Alors j’ai fait quelques recherches sur la toile et voici ce que, par exemple, Wikipedia nous dit :

« L’identité est la reconnaissance de ce que l’on est, par soi-même ou par les autres. »

Je vous épargne les grands débats phylosophiques autour de la définition de l’identité, pour ma part je résumerais à ceci :

  • tout d’abord il s’agit de qui je suis : mon nom, mon prénom, ma date de naissance, ma nationalité, ma profession, où je travaille, où j’ai fait mes études, c’est à dire un ensemble d’informations vérifiables,
  • ensuite, il s’agit de mes goûts, ce que j’aime boire, manger, lire, écouter, voir, de mes opinions politiques et religieuses, mes sentiments, mes craintes, mes espoirs, bref, des informations qui sont plus personnelles, plus intimes et donc relatives,
  • enfin, l’identité c’est aussi comment je suis perçu par les autres, ce que les autres pensent de moi et surtout ce qu’ils disent de moi, c’est à dire l’aspect réputation de l’identité.

L’identité peut donc être aperçu comme l’assemblage de ce que je suis, ce que j’aime, et ce que les autres disent ou pensent de moi.

Qu’en est-il alors de l’identité numérique?

Lorsque l’on s’inscrit sur un site internet (eBay, Facebook, Amazon, Google, etc.) on doit toujours commencer par remplir un formulaire destiné à nous identifier, de manière à ce que lors de notre prochain passage sur le site on puisse être reconnu. Par conséquent, à chaque fois nous créons sur ces sites une représentation de nous même, plus ou moins fidèle et toujours incomplète. (On peut d’ailleurs constater que dans la plus part des cas, ces données ne sont pas vérifiées.)

Puis à cette première « portion » d’identité viennent s’ajouter toutes les informations liées à notre activité sur le site en question (l’historique de nos achats, de nos ventes et de nos enchères sur eBay par exemple).

Enfin, de plus en plus souvent, nous nous retrouvons à interagir avec d’autres utilisateurs, qui pourront à leur tour parler de nous, ou nous laisser des messages ou des évaluations…

On retrouve ainsi en quelque sorte les mêmes notions pour l’identité numérique que pour l’identité physique :

  • Ce que nous disons de nous même
  • Ce que nous faisons
  • Ce que les autres disent de nous

Aujourd’hui, généralement, chaque identité que nous « forgeons » sur chacun de ces sites reste cloisonnée à l’intérieur du-dit site. Après nous être inscrit sur eBay, nous devrons redonner souvent les mêmes informations lors de notre inscription sur facebook, linked-in, ou amazone, créant ainsi un nouvelle représentation de nous même.

La notion d’identité numérique c’est tout ceci à la fois, c’est cet alter ego qui émerge de l’ensemble de ces identités parcellaires que l’on laisse dernière nous sur chaque site et à chacun de nos passages.

Et demain ?

Jusqu’à maintenant ces portions d’identités étaient généralement cloisonnées aux sites auxquelles elles étaient rattachées. Mais ce que le journaliste du Tigre a pu faire pour Marc L*, d’autres peuvent le faire pour n’importe qui, et même certains moteurs de recherche en seront bientôt capable.

Qu’on le veuille ou non, aujourd’hui l’utilisation d’internet nécessite d’exister sur le réseau. Alors faut-il pour autant en arriver à supprimer tous ces comptes pour disparaitre et se priver ainsi de tous les atouts d’internet ?

Il revient à chacun d’apprendre à maitriser sa présence, son identité et sa réputation, à prendre conscience que les informations qu’il dévoile sur chaque site sont une part de lui même qu’il dévoile au publique.

Finalement, les premières questions que l’on doit se poser sont

  • qu’est ce que je suis prêt à montrer de moi même ?
  • comment je veux être vu par les autres ?

Car contrairement aux apparences, il est sans doute bien plus facile de suivre et de contrôler son image sur internet que dans le monde physique.

Et vous ? est-ce que vous vous souciez de l’image que vous donnez de vous même sur internet?